EMPREINTE CARBONE

Comment calcule-t-on une empreinte carbone ?

L’empreinte carbone représente la quantité de gaz à effet de serre émise par…
un pays, un secteur d’activité, une entreprise, un moyen de transport, un produit ou une personne.

Le principal gaz à effet de serre est le dioxyde de carbone (CO2).

On peut exprimer cette empreinte carbone de différentes manières en fonction de ce qu’elle mesure.
Exemple : en tonnes, en kilos, en grammes de CO2 émis pour la fabrication d’un produit…
…mais également en gramme de CO2/km lorsqu’il s’agit de la consommation d’énergie d’un véhicule.

Mais comment la calcule-t-on pour un produit par exemple ?
Différentes méthodes et normes existent.
Leur point commun ?
Beaucoup tendent à prendre en compte la totalité du cycle de vie d’un produit pour être plus réalistes et exactes.
Exemple : Pour une voiture, on effectuera le calcul en prenant en compte l’extraction des matières premières et l’énergie nécessaires à la fabrication de ses composants, son montage, son transport, la production de carburant pour l’alimenter, son utilisation jusqu’ à son recyclage.
Le calcul de l’empreinte carbone permet par exemple de comparer différents modes de vie ou différents pays par leur impact écologique.
Il donne ainsi des pistes d’amélioration pour toutes les personnes soucieuses de limiter l’impact de leur activité ou de
leur consommation sur l’environnement.

En résumé :
– L’empreinte carbone représente la quantité de gaz à effet de serre émise.
– Pour un produit, elle se calcule le plus souvent en prenant en compte toutes les étapes de son cycle de vie.
– Pour une voiture : extraction des matières premières, énergie pour la fabrication, transport, utilisation et recyclage.

Quel est l’impact carbone de la téléphonie mobile ?

La téléphonie mobile est de plus en plus énergivore. Selon l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques), elle utilise à elle seule 58% de la consommation énergétique des réseaux télécoms . La téléphonie fixe constitue les 42% restants. Quelle est l’empreinte carbone de la téléphonie mobile en France ? Comment évolue-t-elle ?

Consommation de données et émissions de CO2

Pour calculer l’empreinte carbone des réseaux mobiles, il faut s’intéresser à la production de CO2 générée par la consommation des données mobiles. Selon l’Ademe, au 1er janvier 2022, un utilisateur de téléphone cellulaire émet environ 49,4g équivalent CO2 /Go consommé.

En moyenne, un usager mobile consomme 11,6 Go de data par mois d’après l’ARCEP. Cela représente 573,94 g de CO2 rejeté par mois, soit 6,876 kg sur l’année. À titre de comparaison, c’est l’équivalent des émissions induites par 35 km en voiture (calcul réalisé grâce à l’outil « Mon Convertisseur CO2 » de l’Ademe).

Un bilan carbone qui s’amplifie

Si cette consommation paraît modeste à l’échelle individuelle, elle va croissant. L’usage des réseaux mobiles augmente chaque année. Il pourrait tripler pour atteindre 35 Go par mois en 2026.

Les opérateurs télécoms commencent à prendre conscience de l’impact de la téléphonie mobile. Nombreux sont ceux qui décident de s’alimenter en électricité verte issue des énergies renouvelables.

Et pour notre borne de recharge ?

Quelle économie de CO2 pour recharger le téléphone par l’utilisation d’une énergie photovoltaïque  ?

  • Déterminer la consommation moyenne pour recharger par câble son téléphone portable.
  • En vous aidant du lien suivant : cliquer ici

déterminer pour ce jour la valeur de CO2 pour produire 1 kWh (prendre par défaut la valeur la plus élevée)

  • Déterminer l’économie de Co2 réalisée sur une année scolaire par la borne si on recharge 64 portables par jour et sur 36 semaines de cours.
  • Cette économie de CO2, c’est autant d’émissions que pour fabriquer, consommer ou parcourir :combien de bouteilles d’eau ?, de km en TGV ?, de km en voiture ? (cliquer ici pour répondre à cette question)